CAROLYN CARLSON

(1943 - )

© Jean-Louis Fernandez

Carolyn Carlson Company

Californienne de naissance, Carolyn Carlson se définit avant tout comme une nomade : de New York à Paris, en passant par Venise et Helsinki, elle n’a cessé de développer et faire partager son univers poétique.

Héritière d’Alwin Nikolais, elle est arrivée en France en 1971. Elle signe l’année suivante, avec Rituel pour un rêve mort, un manifeste poétique qui définit une approche qu’elle n’a jamais démenti : une danse assurément tournée vers la philosophie et la spiritualité. Au terme "chorégraphie", Carolyn Carlson préfère celui de "poésie visuelle" pour désigner son travail.

Depuis quatre décennies, son influence et son succès sont considérables dans de nombreux pays européens. Elle a joué un rôle clef dans l’éclosion de la danse contemporaine française et italienne avec le GRTOP à l’Opéra de Paris et le Teatrodanza à La Fenice de Venise. Elle a créé plus d’une centaine de pièces, dont un grand nombre constituent des pages majeures de l’histoire de la danse. En 2006, alors directrice du Centre Chorégraphique National de Roubaix, son œuvre est couronnée par le premier Lion d’Or jamais attribué à un chorégraphe par la Biennale de Venise. Elle est aussi commandeur des Arts et Lettres et officier de la Légion d’honneur.

Fondatrice de l’Atelier de Paris-Carolyn Carlson à La Cartoucherie en 1999, elle a été, avec la Carolyn Carlson Company, qui produit et diffuse ses pièces dans le monde entier, artiste associée au Théâtre National de Chaillot de 2014 à 2016.En 2017, en parallèle du cœur d’activité de la compagnie axé sur la diffusion, de nouvelles formes de créations voient le jour : une exposition pour les musées, un long- métrage dansé pour le cinéma…

Extrait de l'oeuvre cité dans la machine

TITRE : ICE
ANNÉE : 1994 (création pour les élèves du CNSMDP)
MUSIQUE : Henri Torgue
AUTEUR DE LA PARTITION : Elena Bertuzzi, 1994
DURÉE DE LA PIÈCE : 25 minutes

Propos

Avec Ice, Carolyn Carlson signe une pièce dont l’atmosphère se décline entre brume et glace. L’écriture fluide et cristalline restitue l’élément « eau » et ses différentes métamorphoses. Une femme mystérieuse sur un piédestal, des flûtes à champagne dans chaque main, semble en mesurer la partition.