TRISHA BROWN

( 1936 – 2017 )

© Jack Mitchell/Getty Images

Trisha Brown company

Trisha Brown s’est faite connaître du public, avec ses premières performances réalisées au Judson Dance Theater de New York dans les années 60. En compagnie d’artistes avec lesquels elle partage une communauté d’esprit, Yvonne Rainer, Steve Paxton et Simone Forti, elle repousse les limites du mouvement imposé jusqu’alors à la chorégraphie et transforme ainsi la danse moderne d’une manière définitive. Ce "lieu qui a révolutionné la danse", selon un critique de l’époque, est alors imprégné d’un esprit d’indépendance et de total irrespect envers la gestuelle affectée de l’époque, qualités qui sont toujours présentes chez Trisha Brown, même quand elle présente son travail dans les grands opéras du monde entier.

Avec sa compagnie, fondée en 1970, elle commence par explorer le territoire de son quartier new-yorkais d’adoption, Soho, en créant des pièces spécialement conçues pour des lieux alternatifs, toits et façades d’immeubles, où elle flirte avec la gravité, s’y pliant ou s’en affranchissant. Avec « Man Walking Down the Side of a Building », tout en annonçant la nouvelle manière de voler qu’elle a par la suite développée dans son « Orfeo » de Monteverdi, en 1998, elle inspire le travail de nombreux chorégraphes et metteurs en scène en quête de lieux insolites et déroutants pour faire évoluer les corps. Elle commence très tôt à explorer ses idées complexes sur le mouvement en travaillant à plusieurs pièces regroupées par cycles. En 1983, avec « Set and Reset », en collaboration avec Robert Rauschenberg et Laurie Anderson, elle complète son premier cycle de travail, « Unstable MolecularStructures », et établit le style géométrique fluide bien qu’imprévisible qui est une marque de son travail. Suit la « Valiant Serie », implacablement athlétique, peut-être le mieux incarnée par « Newark », oeuvre puissante dans laquelle elle pousse ses danseurs à leurs limites physiques et explore pour la première fois un mouvement sexué. Ensuite vient l’élégant et mystérieux cycle intitulé « Back to Zero », dans lequel la chorégraphe s’éloigne d’une virtuosité concrète pour investir le mouvement inconscient, cycle qui comprend le classique « For MG. : The Movie ».

Inspirée par l’expérience de l’opéra qu’elle connût grâce à Lina Wertmüller, qui l’invite à créer la chorégraphie de « Carmen », Trisha Brown se tourne vers la musique classique avec le dessein de mettre en scène sa propre production lyrique. « MO. », créé sur la monumentale Offrande Musicale de Jean- Sébastien Bach. 1998 voit la création mondiale à Bruxelles de sa production de l’ « Orfeo » de Monteverdi, suivie par une tournée à guichet fermé à Londres, Paris, Aix-en- Provence et New York. Par la suite, Trisha Brown s’est adjointe deux nouveaux collaborateurs, l’artiste visuel Terry Winters et le compositeur Dave Douglas, pour donner naissance à une trilogie chorégraphique s’appuyant sur les sons et structures de la musique jazz. Complétée par l’éclairagiste Jennifer Tipton, cette équipe artistique a conçu une oeuvre à la fois pleine de sensualité et d’une totale modernité : « El Trilogy ». Parmi ses projets, une collaboration avec le chanteur Simon Keenlyside, créateur du rôle-titre de « l’Orfeo », pour une série « New Visions » au Lincoln Center et la mise en scène du nouvel opéra de Salvatore Sciarrino, « Luci mie Traditrici ». En 2002, une reprise pour une tournée internationale de « l’Orfeo » et l’organisation d’une importante exposition, consacrée à une autre facette de Trisha Brown, celle de la plasticienne, abordant aussi son influence sur les artistes avec qui elle a travaillé au fil des ans.

Extrait de l'oeuvre cité dans la machine

TITRE : NEWARK (pièce pour 7 danseurs)
CONCEPTION SONORE, DÉCOR : Donald Judd
ANNÉE : 1987
DURÉE DE LA PIÈCE : 30 minutes

Propos

Newark est pour beaucoup une des grandes pièces de Trisha Brown.
« La danse ici est jaillissante, faite de duos de plus en plus complexes avec bien sûr ce jeu des équilibres instables comme autant de coups d’arrêt au geste. Le plus souvent, sous nos yeux, un couple d’interprètes voit surgir un autre tandem dans un incessant jeu de déconstruction des lignes. Des marches, des courses, des dialogues féconds s’instaurent en scène. » Kathleen Garon