VALERIA GIUGA

(1978 - )

© Frédéric Lovino

Labkine

Valeria Giuga est formée à la danse classique et moderne au Centre Régional de la Danse de Naples, puis elle participe au cours de perfectionnement de la compagnie Aterballetto en Italie. En 2004, elle suit la formation ex.e.r.ce au Centre Chorégraphique National de Montpellier, dirigé par Mathilde Monnier.

Elle est interprète auprès de Benoît Bradel, David Wampach, David Rolland et Sylvain Prunenec et assistante à la chorégraphie de ces deux derniers.

En mai 2015, elle est diplômée en notation du mouvement Laban au CNSDMP. Depuis elle mène à la fois des travaux d’écriture de partition et de remontage d’oeuvre, et anime des ateliers de
cinétographie Laban et de symbolisation du mouvement auprès de différents publics.
 
Elle collabore avec la compagnie Labkine de Noëlle Simonet depuis 2016, compagnie avec laquelle elle développe des projets de création chorégraphique en relation avec le répertoire des pièces notées en cinétographie Laban. Elle développe un procédé d’écriture pour une nouvelle partition en cinétographie mêlant le texte et la danse et collabore avec des poètes contemporains (Anne-James Chaton, Jean-Michel Espitallier).
 
Elle créé en 2016 une série de performances « Has Been » qui interroge la question de la désuétude des esthétiques à partir d’oeuvres du XX ème siècle. Valeria Giuga crée en 2017 la pièce longue « She was dancing », composée à partir de la partition notée du solo de La Mère d’Isadora Duncan et du portrait de la chorégraphe qu’a écrit l’auteur américaine Gertrude Stein. Elle crée à partir de ce travail le projet "We are dancing" en 2018, danse chorale participative pour un grand nombre d’amateurs, Sylvain Rifflet signe la création sonore. En 2018, elle obtient la bourse d’aide à l’écriture chorégraphique de la Fondation Beaumarchais-SACD pour sa création 2019 « ZOO » co-écrite avec l’auteur Anne-James Chaton. En 2020 elle crée la pièce « ROCKSTAR » interprétée par Noëlle Simonet et l’auteur Jean-Michel Espitallier et est, pour ce projet, artiste en résidence de Paris Réseau Danse. La même année est créée l’installation et performance participative tout public « LA MACHINE ».
De 2019 à 2021, elle est artiste associée à Viadanse CCN de Bourgogne Franche-Comté à Belfort.

Extrait de l'oeuvre cité dans la machine

TITRE : SHE WAS DANCING
ANNÉE : 2017
PARTITION : Valeria Giuga, 2016
DURÉE DE LA PIÈCE : 50 minutes

Propos

SHE WAS DANCING est la rencontre de La Mère d’Isadora Duncan (1921) et du portrait qu’a fait Gertrude Stein de la chorégraphe dans un texte de 1912. Valeria Giuga transpose cette rencontre en un jeu de par-cœur du poème et de la danse mêlés. Le morcellement et les altérations originels de la danse duncanienne laissent ici la place à une nouvelle gestuelle radicalement épurée.
Les mouvements des trois interprètes, strictement écrits, sont générés par les mots du texte de Stein, boucles et jeux de permutations, selon le montage qu’en propose l’auteur Jean-Michel Espitallier.